Faites votre propre publicité.

Toutes les grandes entreprises ont leurs site Internet, pourquoi pas vous ?

Les sites les moins cher du web c’est chez nous,
10 pages : à partir de 500 €.
pour tout devis gratuit, cliquez-ici
Tour de Belém
Portugal Luso en Français
 
 shootbox nom (10) message (250)
MAGOUROU - merci de bien vouloir m'adresser la documention sur l'ALGARVE-hotel et visites | BAUGUITTE - Je recherche un sejour combiné Porto lisbonne pour le mois de novembre 2018 | prellier - souhaitant passer Noël à Lisbonne, pouvez-vous m'indiquer si les musées sont ouverts à cette période ainsi que toutes autres informations pouvant favoriser mon voyage ? nicole. prellier@orange. com Cordialement | Celine - Bonjour, peut-on refaire une carte identité périmée au consulat portugais de Toulouse ? Et quels documents sont à rassembler svp je vous remercie | Carvalho - Somos uma empresa do Porto Portugal. Comercializamos equipamentos hoteleiros, para restaurantes, churrasqueiras, padarias, pastelarias, talhos, supermercados. Vendemos todo o tipo de equipamentos, montagens completas. orçamentos. +351 964068735 | Dumont - Bonjou, puis je avoir les coordonnées pour faire une réservation pour le train gastronomique qui part de Porto et y reviends après un tour découverte , vu dans l'émission des trains pas comme les autres Merci salutations | silva da c - bonjour j ouvre mon entreprise petis dejeunee j aimerais commander regulierements des dossettes delta differente sorte quel sont les tarif pour pros et par combien de dossettes faut il acheter mon tel 0668591609 adresse mail megane-du-45@hotmail. fr | NUNO - HJK | cereijo cl - tropa em portugal | lucia - ola bonjour merci de joindre votre catalogus et vos tarifs je souhaiterai vendre sur les marches. merci | lucia - ola bonjour merci de joindre votre catalogus et vos tarifs je souhaiterai vendre sur les marches. merci | Yolande - je souhaiterais recevoir des visites guidées pour visiter Lisbonne sur 3 jours du 13 au 15/10/2018. Par avance merci. Cordialement | CAFFIER S. - Pouvez-vous me faire parvenir une doc sur Armacao de Pera par courrier postal au 16, rue parmentier 94700 Maisons-Alfort . Merci beaucoup | CAFFIER S. - Pouvez-vous me faire parvenir une doc sur Armacao de Pera par courrier postal | carlos 2 - é curioso porque o João Baião também foi para a SIC--e mesmo assim não foi muito longe ! ! ! a Cristina faria melhor de ir para a Av, da Liberdade---sim porque com a boca qu'ela tem era a melhor solução. . . . . . . . . . . . . . . . | carlos 2 - eu dizia que o salário minimo nesse Pays nem sequer faz os 600Euros por mês ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ? ? ? ? tenham vergonha | carlos 2 - o que é de lamentar é que apesar de tanta miséria que vai pelo mundo. . . --ela vai ganhar um salário de 80. 000mil euros por mês ! ! ! ! ! mas como é que portugal pode pagar salários desses a pessoas destas ou seja apresentadores de TV---enquanto qu | carlos 2 - mas quem é essa besta de "cristina ferreira" que se faz anunciar por 5 páginas no (MSN) que vai da tvi pra sic. . . ? ! | cordier fr - prevu MMe CORDIER 18 chemin des Balmes 69110 Ste foy les lyon france MERCI | goncalves - périmée depuis octobre 2017 quels sont les documents pour le renouveler ? dois je prendre rdv |
accueil | contact | envoyer à un ami | ajouter aux favoris | échange de liens | chat
Allomarie
Faites vous connaître
augmentez votre clientèle
www.allomarie.fr
 
 
 

Agenda
Agences de Voyages
Alimentations
Ambassades
Associations
Assurances
Avocats
Banques
Boulangeries
Compagnies aériennes
Consulats
Discothèques
Divers
Eglises
Garages
Grossistes
Hôtels
Librairies
Meubles
Office du Tourisme
Pompes Funèbres
Recettes de cuisine
Restaurants
Rôtisseries
Traducteurs
Traiteurs
Vêtements



 
 


Portugal : Histoire du Portugal histoire portugal

Les origines

Aux environs du IXème et du VIIème siècle av. J.-C., les Phéniciens, puis les Grecs s'installent dans la péninsule Ibérique, dont la côte ouest est occupée en grande partie par les Lusitoni. Ils sont relayés d'abord par les Carthaginois au cours du IIIème siècle av. J.-C., puis par les Romains (139 av. J.-C.) qui administrent la région en profondeur. Au Vème siècle apr. J.-C., les Barbares envahissent le pays, et les belles villes romaines ne sont plus que ruines. En 711, les Maures venus d’Afrique du Nord franchissent l’actuel détroit de Gibraltar et se fixent, entre autres, dans le futur Etat de Portugal. C’est le début d’une période de prospérité au cours de laquelle les Maures gouvernent avec tolérance et répandent leur culture. Très vite, cependant, un esprit de «reconquête» s’empare de la chrétienté. Des chevaliers français participent à cette sorte de croisade, tel Henri de Bourgogne, qui épouse la fille d’Alphonse VI, roi de Léon et de Castille. En dot, il reçoit le «comté Portucalense », et devient ainsi comte du Portugal (1095). Son fils Alphonse-Henri, qui lui succède, après avoir remporté la victoire d’Ourique sur les Maures, se proclame roi du Portugal en 1143. Il fonde la dynastie de Bourgogne qui régnera jusqu’en 1383. Après la prise de Faro, en 1249, les Maures quittent l’Algarve. Dès 1297, le Portugal connait sensiblement les mêmes frontières que celles du XXème siècle, phénomène unique en Europe. L’occupation musulmane aura donc été plus courte qu’en Espagne (de deux siècles) et laissera moins de traces…



La dynastie de Bourgogne

Parmi les successeurs d’Alphonse Henri, il faut citer Denis Ier qui fonde en 1290 l’université de Coimbra et officialise comme langue portugaise celle parlée dans cette ville. La fin du XIVème siècle est marquée par des nombreux conflits avec la Castille toujours menaçante, qui rêve d’annexer cet Etat voisin.



Les grandes découvertes

Après la mort de Fernando, dernier descendant de la dynastie de Bourgogne, le grand maître de l’ordre d’Avis, qui s’est distingué dans la lutte contre la Castille, est proclamé roi par les Cortes, sous le nom de Jean Ier, en 1385. La dynastie des Avis régnera sur le Portugal pendant deux siècles, période de gloire et de prospérité. En effet, dès 1415 la prise de Ceuta est le premier jalon de l’expansion portugaise. Probablement mû par l’esprit des croisades, Jean Ier confie alors à son fils, l’infant Henrique, dit Henri le Navigateur (qui deviendra grand maître de l’ordre du Christ), le soin de mener à bien cette politique de conquête. Henri, en 1417, se fixe à Sagres, à la pointe extrême de l’Europe, entouré des plus grand savants de l’époque ; de là il organise les expéditions, avec, pour consigne, d’aller le plus loin dans le sud de l’Atlantique. Il conçoit un bateau, sûr et rapide, la caravelle, et cherche à améliorer les appareils de navigation. En 1419, Madère est découverte ; en 1432, c’est le tour des Açores, puis du cap Vert. Les Portugais y créent des comptoirs, futures villes relativement indépendantes du pouvoir local. Après la mort d’Henri, en 1460, la course est lancée : Bartolomeo Dias atteint le cap des Tempêtes, rebaptisé le cap de Bonne Espérance, puisqu’on avait compris que l’on pourrait atteindre par là les Indes. En revanche, à Lisbonne, Jean II doit regretter sa décision : il n’a pas cru aux projets d’un dénommé Christophe Colomb, un Génois d’origine juive, qui est allé chercher des fonds ailleurs, en Espagne… et qui, en 1492, découvre l’Amérique (en croyant qu’il s’agissait des Indes…) Le traité de Tordesillas (1494) partage le Nouveau Monde en deux grandes sphères d’influence, portugaise et castillane… En 1495 commence le règne de Manuel Ier, et les grandes découvertes se poursuivent : les Indes en 1498 (Vasco de Gama), le Brésil en 1500 (Cabral), puis en 1540 la Chine… Le Portugal fut à la tête du plus grand empire d’Occident. Il recouvrait les cinq continents. On parlait le portugais du Brésil à Goa, du Mozambique à Macao. Cet empire qui tint cinq siècles fut le dernier à s’effondrer, lors de la révolution des Œillets en 1974. Les transformations issues de ces découvertes sont énormes : des nouveaux pays conquis affluent de prodigieuses richesses : or d’Afrique et d’Amérique, tapis de Perse, soieries de Chine et épices des Indes (à l’époque, 1 gramme de poivre coûtait aussi cher que 1 gramme d’or). Le Portugal est promu au rang de grande puissance (dans une pièce de Shakespeare on a oublié laquelle ! il est dit : « Être aussi puissant que le roi d’Espagne et aussi riche que le roi du Portugal »). Les anciennes places commerçantes de Méditerranée déclinent au profit de ports occidentaux tels que Lisbonne. Mais pourtant, très vite, cette puissance va s’affaiblir : d’abord la population diminue de moitié, un million d’habitants étant parti dans les nouvelles colonies ; on troque les métaux précieux contre des céréales, mais on ne cultive plus les terres… Et c’est dans ce contexte que le roi Sébastien Ier entreprend une hasardeuse expédition au Maroc contre les Maures mais l’esprit chevaleresque ne fait plus recette, semble-t-il, car l’aventure se termine mal. Il est tué en 1578 à Ksar el-Kébir, et une bonne partie de l’armée est anéantie… Deux ans plus tard ; Philippe II d’Espagne est proclamé roi du Portugal. EN 1640, les nobles portugais se révoltent : le duc de Bragance devient souverain du Portugal.



"L’amitié" anglo-portugaise

Les liens entre le Portugal et l’Angleterre vont se resserrer, les échanges commerciaux entre les deux pays s’accroître. Une certaine dépendance vis-à-vis de l’Angleterre se fait jour. Au milieu du XVIIIème siècle, le marquis de Pombal, ministre de Joseph Ier, joue un rôle très important dans le développement du pays : il entreprend la reconstruction de Lisbonne après le terrible tremblement de terre de 1755, la réforme de l’Administration, de l’enseignement, de l’armée, crée le Trésor public et des manufactures. Lié à l’Angleterre, le Portugal participe à la première coalition contre la France révolutionnaire et au blocus continental. Napoléon Ier n’hésite alors pas à envoyer trois expéditions (Junot, Soult et Masséna), qui se heurteront à une vive résistance anglo-portugaise dont ils viendront à bout. Ce fut une catastrophe sur le plan artistique : de nombreuses œuvres d’art furent volées ou détruites. La famille royale s’étant enfuie au Brésil, il faut attendre 1820 pour que le roi rentre de son exil. En 1822, le Brésil proclame son indépendance, et l’économie portugaise en prend un coup… Tout au long du XIXème siècle se succèdent coup d’Etat, guerres civiles, les rivalités politiques entre libéraux et monarchistes allant bon train. Les souverains de l’époque sont des personnages ou fantasques, tel Ferdinand de Saxe-Cobourg-Gotha, qui fait élever l’incroyable château de la Pena, ou bien éphémère, comme Pedro V qui représenta un bref espoir de système libéral et démocratique mais qui mourut trop vite.



Salazar

En 1908, le roi Charles Ier et le prince héritier sont assassinés. Deux ans plus tard, le roi Manuel II abdique. C’est l’avènement de la République. Associée à un esprit urbain, voire essentiellement lisboète, et suspectée d’anticléricalisme, alors que la majorité de la population est rurale et croit encore, ou par dépit, aux miracles (celui de Fátima en 1917), elle ne parvient pas à rétablir l’ordre, ni à assainir l’économie. En 1926, avec le soulèvement militaire de Braga, s’installe un pouvoir militaire fort. C’est dans ce contexte que le jeune Salazar, alors professeur d’économie, est sollicité pour remettre les finances à flot et tient le Portugal à l’écart de la crise de 1929 et de la Seconde Guerre mondiale. Au niveau national, sa popularité reposait sur une image de lui-même qu’il cultivait avec soin : célibataire ascétique n’écoutant que les conseils de la vieille gouvernante avec qui il vivait, n’accumulant aucune richesse personnelle, donnant même aux pauvres, il devenait difficilement attaquable. En fait, un seul but l’animait : le pouvoir. Devenu président du Conseil, il instaure en 1933 l’ « Ordre nouveau ». Il réussit à obtenir une certaine stabilité monétaire et entreprend une politique de grands travaux (le pont suspendu du Tage) : le régime n’en reste pas moins dictatorial : la police d’Etat (la tristement célèbre PIDE) est toute puissante, les prisons sont pleines de détenus politiques… Puis à partir de 1960, Salazar s’engage dans une politique militaire absurde en Afrique. Il est intéressant de constater que notre régime de Vichy avait si peu d’idéologie politique qu’il s’inspira grandement du salazarisme : -retour aux valeurs traditionnelles avec l’éloge du monde paysan ; -les métiers sont organisés sur le mode corporatif comme au Moyen Age. Patrons et ouvriers appartiennent à la même corporation, donc travaillent dans le même but. Les grèves n’ont dès lors plus raison d’être… -la censure est rétablie. Le Portugal menait donc depuis une quinzaine d’années une guerre coloniale sur plusieurs fronts (Guinée-Bissau, Mozambique, Angola) pour maintenir les lambeaux de son empire. Très coûteuse en hommes et matériel, dans l’incapacité d’enrayer la lutte de libération de ces pays, cette guerre inutile finit donc par mécontenter un certain nombre de jeunes officiers. Moins bornés et plus sensibles à la justesse des thèses de l’adversaire que les ganaches galonnées, ils formèrent le Mouvement des capitaines. Victime d’une chute banale (il tomba de sa chaise), Salazar meurt en 1970. Avec le pâle Caetano à la barre, le pays allait à la dérive. L’ancien pouvoir fort, miné de l’intérieur, ne tenait plus que par miracle.



La révolution des Oeillets



 

annuaires - liens-automatiques - partenaires
 2687879 - today 230 - online 16
 
Portugal-luso.eu © 2006 Da Costa Antonio. abaXe  
Partenaires VIP Annonces gratuites - Faites des rencontres - Positionnement sur Google gratuit - Voyage Portugal